top of page

Ajoutez un titre ici. Rendez-le audacieux. Cliquez pour modifier.

Paris-Saclay a choisi Clem’ pour l’autopartage et la recharge électrique

Dernière mise à jour : 18 mars 2022

Flotauto - L’EPA Paris-Saclay et ses partenaires ont sélectionné l’opérateur d’électromobilité Clem’ pour proposer des offres de mobilité (autopartage fermé ou en boucle et recharge électrique) aux usagers et visiteurs du campus de Paris-Saclay. L’établissement public d’aménagement (EPA) de Paris-Saclay et ses partenaires ont chargé Clem’, spécialiste de l’autopartage électrique, de l’exploitation technique et commerciale de services de mobilité électrique. Des services partagés par les acteurs économiques, académiques et institutionnels du campus urbain de Paris-Saclay. En effet, l’EPA Paris-Saclay s’est organisé en groupement d’autorités concédantes (GAC) avec la communauté d’agglomération Paris-Saclay, l’université Paris-Saclay et l’institut polytechnique de Paris dès août 2020.

Désigné coordinateur du GAC, l’EPA Paris-Saclay a conduit la procédure de la mise en concurrence en septembre 2020 jusqu’à la sélection du candidat. Le 15 décembre 2021, le GAC de Paris-Saclay a signé le contrat de concession de 5 ans avec Clem’. Dès janvier 2022, Clem’ a repris le réseau de bornes de recharge de Paris-Saclay et lancera une solution d’autopartage en boucle en février 2022. Des véhicules électriques en autopartage

Le contrat de concession porte, d’une part, sur un service de recharge accélérée (entre 4 et 22 kW) pour les véhicules électriques. D’autre part, il prévoit un service d’autopartage en boucle (retour du véhicule sur la station de départ). Les partenaires mettront ainsi plusieurs véhicules en partage : 5 Renault Zoé de l’université Paris-Saclay et 1 véhicule électrique de la communauté d’agglomération Paris-Saclay. L’opérateur apportera, quant à lui, 8 Renault Zoé et 2 utilitaires électriques. « À terme, près d’une trentaine de véhicules électriques en autopartage seront disponibles dans les différentes stations du campus », affirment le GAC de Paris-Saclay et l’opérateur Clem’.


1 comentário


isabelle.ramade
23 de mar. de 2022

bonjour,

je suis enseignante à l'université Paris-Saclay, et m'étonne 1) qu'on n'ait pas consulté, pour définir les besoins, les personnels directement concernés par la mobilité électrique partagée 2) que les voitures électriques faisant l'objet du contrat sont énormes, en petit nombre et ne correspondant pas aux besoins majeurs de mobilité intra campus : souvent 1 ou 2 personnes seulement dans un véhicule ... Un parc de véhicules type AMY de CItroen (vu la limitation de vitesse partout 45 km/h suffisent) et Microlino (90 km/h) (dont la production commence ce mois de mars à Turin) serait bien préférable à des Renault Zoe.

cordialement,

Curtir
bottom of page