L’autopartage séduit 64% des Français Le sondage « Les Français et l’autopartage »

Le sondage « Les Français et l’autopartage » réalisé par Clem’ révèle que 2/3 des consommateurs sont prêts à recourir aux services d’autopartage. Sa démocratisation reste freinée par l’absence de services d’autopartage sur le territoire (36% des répondants), puis par le mauvais état des véhicules (29%).

Clem', leader des services d'autopartage sur les territoires ruraux, péri-urbains ainsi que dans l'habitat collectif en France, dévoile les résultats de son étude sur la perception et la maturité du marché de l’autopartage en France, menée auprès de 500 consommateurs français en mars 2018. Il en ressort que l’autopartage est un mode de mobilité qui intéresse de plus en plus les Français, avec 2/3 des répondants prêts à l’utiliser (64%).


Peu importe que ces services soient proposés par des collectivités (avec des stations en voierie), des constructeurs automobiles, des loueurs de véhicules ou encore par les consommateurs (via des plateformes peer-to-peer/partage de services entre particuliers), c’est la nature du service qui compte (42% des répondants).


Voici les 4 principaux enseignements de cette étude :


- Les Français plébiscitent l’autopartage quasiment autant pour leurs usages privés (52%) - en relais des transports publics, déplacements de courte distance (courses, loisirs, rendez-vous privés) et départs en week-end - que professionnels (48%) - se rendre au travail ou à un rendez-vous.


- Le premier avantage reconnu à l’autopartage est son coût :

Pour 37% des répondants, il est plus économique de partager un véhicule plutôt que de posséder son propre véhicule. Les frais d’achat, d’entretien et d’assurance sont indolores.


Seconde motivation : un besoin ponctuel d’autres types de véhicules (break, utilitaire) exprimé par 17% des répondants au sondage.

16% estiment l’autopartage plus souple et plus pratique que les transports en commun (trajets directs, horaires, rapidité, confort, etc.).

15% trouvent que l’autopartage évite les problèmes de stationnement et enfin,15% le choisissent pour sa dimension écologique.


- Aucun type de véhicule n’est attendu :

Pour 56% des répondants, l’autopartage est avant tout un service, et le type de véhicules proposé leur importe peu. Un tiers (34%) privilégie cependant une offre de véhicules électriques quand cela est possible.


- L’autopartage est une solution économique, conviviale et pratique. Ce sont les trois les qualificatifs qui sont le plus souvent cités par les consommateurs lorsqu’on leur demande à quels termes ils associent à l’autopartage. Les réfractaires le voient comme un système contraignant et risqué.


Trois axes de progrès sont à suivre pour soutenir le développement de ces nouveaux usages :


1- Enrichir l’offre de services d’autopartage : en effet, 36% des répondants regrettent l’absence de service d’autopartage à proximité de leur domicile ou de leur travail.


2- Améliorer la maintenance des véhicules et des stations : pour 29% des répondants, le mauvais état des véhicules et des stations est un frein sérieux à l’utilisation de ce service.


3- Enfin, proposer des véhicules électriques avec davantage d’autonomie (17%).


« Notre étude montre que les mentalités évoluent : l’autopartage est aujourd’hui largement plébiscité par une majorité de Français pour des besoins ponctuels, personnels comme professionnels. Consommer la mobilité comme un service est entré dans les mœurs, car les Français y voient deux grands avantages : un coût abordable et surtout beaucoup de souplesse. De nombreux territoires restent encore à mailler, notamment dans les zones rurales et péri-urbaines, sur lequelles Clem’ intervient. C’est là où les besoins sont les plus grands pour remplacer un second véhicule parfois trop coûteux ou venir en relais des transports en commun, notamment sur le dernier kilomètre. Avec 34% de personnes privilégiant les véhicules électriques, quelles opportunités pour nos campagnes ! », commente Bruno Flinois, Président de Clem.

A propos de Clem’

Fondée en 2010 par des experts des nouvelles technologies et de l’environnement, Clem’ est une entreprise innovante française spécialisée dans l’électromobilité et l'autopartage. Leader des services d'autopartage sur les territoires ruraux, péri-urbains ainsi que dans l'habitat collectif en France, Clem’ opère ses services dans une centaine de villes dans le monde, une trentaine d’entreprises et auprès dune dizaine de bailleurs sociaux français. Son équipe d'une trentaine de collaborateurs se répartit sur ses 3 implantations en France (Neuilly/Seine, Sénart et Champs-sur-Marne) et ses 2 bureaux à l’international (Philadelphie et Hong Kong). Sa plateforme clem.mobi opère localement des services qui optimisent le partage et la recharge de véhicules électriques, ainsi que le partage de trajets (covoiturage) depuis une seule et même station. Grâce à son interconnexion au smart grid, la recharge des véhicules partagés se fait quand la production d’électricité émet le moins de CO2. Clem’ est l’une des 6 entreprises fondatrices de la « French Energy Tech Alliance » ; elle a également développé avec Evolution Energie et Dotvision, la première Blockchain verte pour les services d’écomobilité des smart cities. Clem’ a reçu de nombreux Trophées tels que le Grand prix de la Transition énergétique 2016, le Grand Prix de la région Capitale / trophée logistique urbaine pour le projet VULe (2017), le Trophée de l’ingénierie Territoriale / catégorie mobilité pour le projet CCHVC (2017) et est finaliste du Grand Prix ACF de la Start-up Automobile 2018.


Pour en savoir plus, suivez-nous sur Twitter, Facebook, Linkedin et YouTube Site entreprise : clem-e.com Plateforme : clem.mobi

Contacts presse Clem’ : Claire Flin – 06 95 41 95 90 – clairefline@gmail.com Marion Molina – 06 29 11 52 08 - marionmolinapro@gmail.com